Sophie Didier Logo

précédent
<

suivant
>


Instantanés Journaliers

Édition 2015
(12,9 x 20 x 1cm)
IsdaT, Janvier 2015
Lato, Łukasz Dziedzic, 2010
Papier: blanc mat 110g.

Photographie de l'édition Instantannés journaliers
Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers Photographie de l'édition Instantannés journaliers

Ce projet d’édition est issu de textes courts qui décrivent l’endroit dans lequel je suis : idées, sensations, souvenirs. Je voulais associer mes textes à mes photographies, afin de rendre compte du réel à travers une mise en valeur de détails. Cette démarche me permet de fragmenter mes souvenirs et de les mettre en lien. Le rapport, entre texte et image, est plus instinctif que géographique ou temporel. C’est-à-dire que le texte et les images ne sont pas captés au même moment, ni au même endroit, ni systématiquement dans le même pays. Au début du projet, chaque texte était introduit par l’heure et le lieu, comme un titre. L’édition déroulait toute une journée. Puis au fur et à mesure, j’ai pris conscience que les heures sont, non pas le sujet du texte, mais sa légende. Ces informations sont donc inscrites comme dans un poème : à la fin. Quand je me suis confrontée à la mise en page de ces éléments, je voulais trouver un rythme qui pouvait stabiliser, organiser les textes et les images, créer une logique dans laquelle le lecteur puisse se retrouver. Initialement, des thématiques similaires étaient sur deux pages successives, le lecteur se confrontait alors à une sorte de bégaiement. Pour éviter cette sensation, les thématiques se retrouvent toutes les deux images et se font plutôt écho.